Test des nouveaux boutons-poussoirs KNX de la gamme Céliane de Legrand

Legrand est de plus en plus actif sur le marché du KNX et propose entre autres des produits qui complètent ses gammes Céliane et Mosaic.
OSMOTIQ est le premier partenaire KNX indépendant à tester en profondeur la version Céliane des nouveaux boutons-poussoirs KNX Legrand

Legrand passe sa gamme Céliane en KNX

Tout le monde connait la gamme Céliane de Legrand. C'est une gamme très répandue dans les grandes surfaces de bricolage et très appréciée du grand public pour le look arrondi de ses appareillages mais aussi pour la grande diversité de ses plaques de recouvrement.

On notera que Céliane c'est une gamme complète d'appareillages qui s'intègrent dans un design cohérent: interrupteurs, boutons-poussoirs, prises de courant, prises téléphone, prises/chargeurs USB, prises Ethernet, connexions hi-fi, connexions cable TV/FM, etc. Céliane c'est aussi une gamme internationale qui est adaptée à chaque pays où elle est distribuée et qui propose donc des appareillages spécifiques.

Bref, jusqu'à présent quand on nous demandait si on pouvait installer du KNX en Céliane, on était bien embêtés à OSMOTIQ, on était obligés de répondre que "oui mais non" (c'est très belge comme expression en fait). Bien sûr, vous pouvez toujours "adapter" des boutons-poussoirs de n'importe quelle marque (il suffit de placer une interface encastrée "fond de boîte" à contacts secs style ABB US/U) mais quel chipotage ! Non seulement au niveau des connexions mais aussi au niveau des fonctionnalités (vous avez déjà essayé d'allumer une LED sur un bouton-poussoir Céliane classique ?).

Donc, quand on a appris que Legrand adaptait sa gamme Céliane au KNX on a été très intéressés.

Legrand n'avait jusqu'à présent que peu montré d'intérêt pour le KNX, préférant privilégier sa gamme My Home (en partenariat avec Bticino). Cependant depuis la mi-2013, des dizaines de produits KNX sont apparus au catalogue Legrand. OSMOTIQ a récemment publié un article brossant l'ensemble de la gamme disponible à ce jour, si vous souhaitez en savoir plus. La conclusion de cet article (on va vous faire gagner du temps) est que les produits Legrand KNX sont très chers dans l'ensemble par rapport à la concurrence et qu'il y a un manque de cohérence au niveau des fonctionnalités et de la configuration de leurs produits KNX.

Ouille, pas très positif tout cela. Oui, sauf que ... dans toute la gamme il y a une exception de taille: ce sont les commandes KNX Mosaic et Céliane. Ici nous ne faisons le test que du module 4 commandes Céliane, 067570, mais les fonctionnalités sont les mêmes pour les autres modules Mosaic et Céliane KNX.

Présentation du 067570

Dans la boîte, hormis le manuel (relativement peu étoffé il faut bien le reconnaître), on trouve donc notre module bouton-poussoir 4 touches. Il est accompagné d'un connecteur bus rouge/noir classique.

Pas de plaque de recouvrement, ni de support Batibox qu'il faudra donc se procurer séparément. Ceci dit ce n'est sans doute pas plus mal puisque cela permet une certaine forme de flexibilité. A noter que le support Batibox est disponible en version "à visser" ou en version "avec griffes" ce qui fait de Céliane KNX la première gamme KNX (à notre connaissance) qui dispose de griffes de fixation, système particulièrement utilisé en Belgique où les blochets d'encastrements sont souvent sans vis (c'est d'ailleurs une aberration historique contre laquelle OSMOTIQ se bat, les vis étant bien plus pratiques que les griffes).

Le module est en soi assez compact puisque la partie encastrée fait environ 4,5cm x 4,5cm x 2cm.

Les 4 boutons de commande sont disposés en anneau autour d'un porte-étiquette quasi-circulaire. Chaque bouton dispose d'une LED RGB. Nous verrons plus loin que Legrand a misé énormément sur ces LEDs auxquelles il a donné de nombreuses fonctionnalités. Derrière le porte-étiquette se trouve le traditionnel bouton de programmation KNX qui permet (entre autres) de programmer l'adresse physique KNX du participant.

Le porte-étiquette circulaire dispose de deux petites pattes pour faciliter son extraction. C'est sympa mais peut-être un peu trop visible (ce qui donne l'impression qu'il y a deux petites oreilles qui dépassent) et c'est peut-être trop facile à retirer si vous avez des enfants farceurs chez vous par exemple.

Derrière le porte-étiquette se trouve un petit morceau de papier, presque rond (en réalité il est coupé très légèrement au niveau des "oreilles" dont nous venons de parler). On appréhende déjà le moment où il faudra imprimer puis découper des étiquettes "quasi" rondes. C'est vraiment là le seul défaut que nous voyons au niveau design car pour le reste on est séduits. On apprécie particulièrement le fait que les boutons sont clairement découpés: il n'y a pas de "commande cachée" du genre "un appui à gauche de la lentille et un appui à droite", non, une touche c'est une touche (on verra cependant plus loin qu'il est possible de distinguer appui court et appui long).

Bien sûr on s'éloigne quelque peu du look Céliane "classique" et peut-être que certains le regretteront mais cet anneau portant les boutons est beaucoup plus original. De plus Legrand a réussi à éviter le piège du syndrome "quart de tarte" qui aurait pourtant été une solution facile mais laide. Bref, nous chez OSMOTIQ, on aime bien.

A noter que si vraiment vous préférez le look Céliane "classique", il est possible d'opter pour le 067571, qui est un module aux fonctionnalités identiques mais nu. Il faut donc l'habiller d'une bague et de touches au look Céliane classique (mais attention, ces références sont à choisir dans la partie My Home du catalogue: ici)

Enfin, sachez qu'il existe également une version couleur "titane" (plutôt que blanc), il s'agit du 067579.

Programme d'application ETS et documentation

Le programme d'application du module et sa documentation PDF se trouvent sur le site Legrand Doc mais en anglais uniquement. Si vous êtes allergiques à l'anglais, gardez espoir, Legrand est visiblement en train de travailler sur ses docs car avant juillet 2014, la doc était disponible en français mais était incomplète (pas de description du programme d'application ETS). A la rédaction de ce test, la doc en français a disparu mais a été remplacée par une doc en anglais beaucoup plus complète. Vous trouverez la nouvelle doc en anglais sur le site de Legrand Doc et l'ancienne doc en français ici (PDF, 3,64Mb).

Configuration des LEDs

Avant de détailler les fonctions qui peuvent être attribuées à chaque bouton, voyons d'abord ce qu'il est possible de faire avec ces LEDs RGB. Legrand n'a pas hésité à multiplier les fonctionnalités pour tirer parti de ces LEDs au maximum. Comme nous allons le voir il y a de nombreuses possibilités de configuration, qui, combinées, permettent de faire beaucoup plus que les modules de bouton-poussoirs classiques.

Intensité des LEDs: mode Normal et Eco

Il est possible de configurer deux intensités d'éclairages de ces LEDs: ce sont le mode Normal et le mode Eco, qui impactent les quatre LEDs en même temps (on ne peut donc pas choisir qu'une LED soit en mode Normal et les autres en Eco par exemple). Les intensités sont à choisir entre 0%, 5%, 20%, 50%, 70% et 100%. A noter que le mode Eco ne doit pas nécessairement avoir une valeur inférieure au mode Normal, ce ne sont donc que des appellations.

Le passage du mode Normal ou Eco se fait à l'aide de trois objets de communication binaires (1 bit). Le premier objet active le mode Normal sur l'envoi d'un "un" dans l'adresse de groupe associée. L'envoi d'un "zéro" ne faisant rien. Le deuxième objet est similaire au premier mais active le mode Eco sur l'envoi d'un "un". Le dernier objet active le mode Eco sur l'envoi d'un "un" et le mode "Normal" sur l'envoi d'un "zéro". Rien ne vous empêche d'utiliser les trois objets si vous le désirez. Dans certains cas cela permet de se passer de module logique binaire.

A vous de choisir quand activer un mode ou l'autre. Les applications sont multiples bien sûr: mode Normal en jour/mode Eco en nuit, mode Normal/Eco en fonction de la luminosité ambiante, etc. On ne regrette qu'une chose c'est qu'on ne puisse choisir la valeur de l'intensité de chaque mode par le bus.

Couleurs, clignotements, pulsations et Modes 1 et 2

Chaque LED a, indépendamment des autres, un statut "on" ou "off". On peut choisir, par LED, pour chacun de ces statuts, une couleur et un type d'éclairage.

  • 12 couleurs disponibles: blanc, bleu, vert, rouge, orange, jaune, or, turquoise, cyan, violet, pourpre, magenta et bleu clair.
  • 8 éclairages disponibles: toujours allumé, toujours éteint, clignotement lent, clignotement normal, clignotement rapide, clignotement double (comme un battement de coeur), clignotement triple (comme la lettre S en morse) et pulsation (modification progressive de l'intensité en boucle).

La combinaison d'une couleur et d'un type d'éclairage par statut on/off constitue un Mode. Legrand met à notre disposition deux modes (appelés subtilement Modes 1 et 2). Ces deux modes sont activables par l'intermédiaire de trois objets de communication dont le fonctionnement est similaire à ceux qui activent les modes Normal et Eco.

Quel est l'intérêt d'avoir deux modes différents ? Une des commandes configurables pour chaque touche est la possibilité d'envoyer deux objets de communications différents selon qu'on est en Mode 1 ou en Mode 2. Une utilisation typique est lorsqu'une pièce peut être divisée en deux par une cloison amovible. En Mode 1, la cloison est repliée et actionner une touche allumera l'éclairage des deux parties de la pièce, tandis qu'en Mode 2, la cloison est installée et la même touche servira uniquement à commuter l'éclairage de la demi-pièce où se trouve le bouton.

Une autre possibilité est d'utiliser les modes 1 et 2 pour informer ! On pourrait imaginer que le mode 2 serve à indiquer qu'un équipement est désactivé, ou en défaut, ou pris en charge par un automatisme (par ex. une station météo qui pilote une tente solaire) ou qu'une lampe est restée allumée quelque part ou qu'une action humaine est attendue, etc. Une autre utilisation des deux modes pourrait être d'utiliser le module comme veilleuse en nuit dans la chambre d'un enfant. A vous de décider. Mais faites quand même attention à ne pas multiplier les codes couleurs inutilement, restez simple et efficace.

Mode Standby

Il est possible de placer le module en mode Standby, par l'intermédiaire d'un objet de communication binaire. Dans ce cas, toutes les LEDs s'éteignent. Le module sort du mode Standby si on appuie sur un des boutons ou si l'objet de communication retombe à "zéro". A noter qu'il est possible d'inverser la logique du mode Standby ("zéro" pour l'activer et "un" pour le désactiver), ce qui permet de se passer de module logique.

Eclairage de signalisation

Les LEDs peuvent également être utilisée comme éclairage de signalisation plutôt que sur base de statut on/off. Dans ce cas, chaque LED peut être soit allumée, soit éteinte. Si une LED est configurée comme allumée on peut choisir sa couleur (mais pas son clignotement) pour le mode 1 et le mode 2. Le choix d'utiliser les LEDs en mode signalisation ou en mode statut on/off ne peut pas se faire par le bus mais uniquement à travers la configuration ETS.

Activation/désactivation d'un bouton

Il est possible de désactiver chaque bouton (ou chaque paire) par un objet de communication binaire dont la logique 0/1 peut être inversée au besoin. Lorsqu'une touche est désactivée, on peut décider d'une nouvelle combinaison de couleur/éclairage qui informera l'utilisateur. Cette combinaison est commune aux 4 LEDs. Si les LEDs sont utilisées comme éclairage de signalisation, la touche est bel et bien désactivée mais les LEDs ignorent le statut "désactivé" et restent dans leur couleur originale.

Contexte

Pour chaque touche il est possible d'utiliser ce que Legrand appelle un "contexte" mais qui correspond en réalité à un "feedback" (confirmation) d'appui. Par l'intermédiaire d'un objet de communication binaire (un par touche), on peut activer ou pas ce feedback (la logique 0/1 peut être inversée au besoin). Le feedback prendra la forme d'une nouvelle combinaison de couleur/éclairage (commune aux 4 LEDs) pendant un temps allant de 500ms à l'infini.

Attention: remettre l'objet de communication du "contexte" à "zéro" n'interrompt pas le compteur de temps, donc si on choisit "infini" la combinaison couleur/éclairage du "contexte" est toujours active... à l'infini ... ou jusqu'à ce qu'on appuie à nouveau sur le bouton (pour autant que le "contexte" soit désactivé à ce moment). Bien entendu, si la touche est "désactivée", le "contexte" n'entre pas en jeu.

En plus de confirmer l'appui sur une touche, le "contexte" pourrait servir à informer l'utilisateur qu'une commande n'a pas été prise en compte, sans pour autant désactiver la touche. Imaginons par exemple un éclairage extérieur. S'il fait suffisamment sombre, on met le contexte de la touche à "un". L'appui sur cette touche allume l'éclairage et renvoie la confirmation que la commande a été prise en compte par l'intermédiaire du "contexte". Si par contre il fait trop clair, on met le contexte à "zéro", on bloque la commande de l'éclairage au niveau du relais KNX (dans le coffret électrique), et donc l'appui sur la touche ne s'accompagnera ni de l'allumage de l'éclairage ni de la confirmation ce qui devrait informer l'utilisateur que sa commande n'a pas été prise en compte.

Alarme

Legrand met à notre disposition un objet de communication binaire (dont la logique 0/1 peut être inversée), appelé "Alarme". Lorsque ce bit est activé, toutes les LEDs du module se mettent à clignoter en rouge. En cas d'alarme il est possible d'activer ou désactiver indépendamment chaque touche du module, bloquant ainsi certaines commandes au besoin.

A vous bien entendu de décider ce qui pourrait activer ce mode "Alarme", que ce soit une véritable alarme ... ou pas !

Eclairage maximum en cas d'appui

La dernière option concernant les LEDs (ouf !) est la possibilité de passer toutes les LEDs en intensité maximum pendant un certain temps après l'appui sur une des touches (pour autant qu'elle ne soit pas désactivée). Cela permet à la limite de laisser les LEDs à 0% en permanence sauf juste après un appui.

Premières conclusions

Comme on vient de le voir les options de configuration des LEDs sont particulièrement nombreuses. En combinant ces options, il est possible de faire bien plus que ce qu'un module similaire d'une autre marque propose. Reste à voir si vous en avez vraiment le besoin...

Fonctions des touches

Les touches peuvent être configurées individuellement ou par paires haut/bas. Les fonctions suivantes sont disponibles:

  • Commutation de charge (éclairage, prise, etc.) sur un bouton ou sur une paire avec distinction appui court/long ou appui/relâchement
  • Variation d'éclairage sur un bouton ou sur une paire
  • Pilotage de volets sur un bouton ou sur une paire
  • Appel d'un scénario
  • Commande prioritaire sur 2 bits
  • Envoi d'une valeur incrémentale/décrémentale codée sur un octet entre deux valeurs limites
  • Envoi d'une valeur codée sur un octet
  • Envoi d'une valeur codée sur un octet sur appui court et d'une autre sur appui long
  • Envoi de deux commandes distinctes consécutives avec distinction appui court/long
  • Envoi de deux commandes de même type mais vers des destinations différentes selon que le mode 1 ou 2 est actif

Commutation de charge

En mode de commutation, Legrand nous fournit 2 objets de communication binaires: un pour la commande et un pour le retour de statut.

A l'appui et/ou au relâchement, l'objet de commande peut être mis à ON, à OFF, être inversé ou rester identique ce qui permet par exemple d'envoyer des impulsions vers un actuateur (ON à l'appui, OFF au relâchement). Si la distinction appui/relâchement n'est pas utilisée, on peut préférer la distinction appui long et appui court mais toujours sur le seul objet de commande (si on désire utiliser deux objets différents il faut utiliser la commande "Action multiple" -- voir plus loin).

L'objet de retour de statut est à associer dans une adresse de groupe avec le retour de statut de la charge pilotée ou, selon vos besoins, avec tout autre chose, ce qui parfois peut être bien utile. Selon la valeur de cet objet, la LED de la touche sera mise à ON ou à OFF avec la couleur et le clignotement du mode (1 ou 2) actuellement actif.

Variation

Très classiquement, on a à notre disposition deux objets de commande (un pour la commutation de l'éclairage, un autre pour augmenter/diminuer l'intensité de celui-ci) mais également un objet de retour de valeur d'intensité (dont nous n'avons pas vu l'impact lors de nos tests puisque cette valeur semble inutilisée par le module). La valeur de l'objet de commande de commutation sert également à donner le statut ON/OFF à la LED de la touche. Il est dommage que Legrand n'ait pas jugé utile de réserver un objet séparé à cet effet comme c'est le cas en commutation.

Dans les paramètres ETS on peut décider du comportement de la variation (et de la commutation) selon l'appui long, court, le relâchement, etc., que ce soit sur la touche du haut ou du bas, ce qui vous permet si vous le souhaitez de changer complètement la logique classique de commandes de variation d'éclairage. L'intérêt d'une telle fonctionnalité nous semble relativement limité, mais sait-on jamais.

Pilotage de volets

Ici aussi les objets de commande sont très classiques: un pour le mouvement haut/bas, un autre pour l'arrêt et le positionnement des lamelles. On a également un objet de retour de position du volet (qui comme pour le retour de la variation d'éclairage n'a pas l'air d'avoir un impact sur le module). Le statut ON/OFF de la LED dépend de la dernière commande donnée: OFF en montée, ON en descente, ce qui n'a pas beaucoup d'intérêt, d'autant que Legrand n'a pas jugé utile de nous donner un objet séparé pour gérer ce statut on/off indépendamment. Dommage car on aurait pu ainsi imaginer avoir ON si le volet est complètement ouvert ou fermé et OFF si ce n'est pas le cas, ou bien utiliser cette LED pour une toute autre info (pluie détectée, seuil de vent dépassé, etc.).

Comme pour la variation d'éclairage, dans les paramètres ETS on peut décider du comportement du volet et des lamelles selon l'appui court ou long, le relâchement, etc. et modifier complètement la logique normale du pilotage d'un volet ou d'une persienne. Pourquoi pas mais probablement pas essentiel.

Appel (et sauvegarde) d'un scénario

Fonctionnalité très classique: sur l'appui court un scénario (de 1 à 64) est appelé, sur un appui long (10 sec. non paramétrable), tous les actionneurs répondant au numéro de scénario sauvegardent leur état.

Le statut de la LED est toujours OFF. Aucun objet de communication n'est disponible pour changer cet état, ce qui est bien dommage.

Commande prioritaire sur 2 bits

Voici une fonctionnalité assez ancienne dans le monde du KNX et qui est relativement peu courante de nos jours, du moins sur 2-bits (on rencontre plus souvent le forçage sur 1-bit). La différence avec le forçage sur un bit, c'est que c'est le module de bouton-poussoir qui détermine si l'éclairage est forcé en allumage ou extinction et pas le module actionneur (relais). Par contre, au verrouillage (comme au déverrouillage), il n'est pas possible de laisser l'éclairage inchangé: on doit choisir soit de l'allumer, soit de l'éteindre.

Ici aussi, le statut de la LED est toujours OFF et une fois encore, Legrand a "oublié" de nous donner un objet de communication pour gérer ce statut.

Incrémentation/décrémentation de valeur

A chaque appui court, un objet de communication voit sa valeur incrémentée (ou décrémentée) entre deux valeurs limites. La valeur est codée sur un octet, donc entre 0 et 255. Lorsqu'une des limites est atteinte, le cycle reprend au début. On a également à disposition un objet binaire permettant de réinitialiser le cycle à sa guise.

A noter que la valeur "zéro" est un peu particulière car si vous configurez les limites entre 0 et 5 par exemple, le premier appui enverra "1" sur le bus et pas "zéro" qui est pourtant la limite inférieure. Le "zéro" ne sera envoyé que lors du bouclage du cycle (quand la valeur vaut "5" et qu'on fait un nouvel appui). Ce comportement est différent si on choisit des limites entre 1 et 5 par ex. Dans ce cas, le premier appui envoie "1" (qui est bel et bien la limite inférieure).

A noter encore que le "reset" du cycle par l'objet de communication prévu à cet effet, ne transmet pas la valeur de la limite inférieure (ou supérieure si on est en décrémentation) sur le bus, il faut donc appuyer sur le bouton pour transmettre cette limite.

Ce mode de fonctionnement incrémental peut être utilisé pour passer un chauffage successivement en régime confort, standby et éco. Ou pour activer successivement différents scénarios (pour autant que les numéros se suivent).

Une fois de plus la LED est toujours en statut OFF et il n'y a pas d'objet de communication permettant de remédier à ce problème.

On regrette qu'on ne puisse pas changer le pas de l'incrément, ce qui aurait permis éventuellement de modifier plus rapidement des valeurs (par ex. une intensité d'éclairage). On aurait également pu envisager avoir une fonction similaire où, sur appuis successifs, une séquence de valeurs déterminées étaient envoyées plutôt que de faire de l'incrémentation pure et simple.

Envoi d'une valeur codée sur un octet

Un appui court envoie sur le bus une valeur déterminée dans ETS comprise entre 0 et 255. Cette valeur peut représenter un scénario, un pourcentage (variation, lamelles, etc.) ou autre chose.

La LED est toujours en statut OFF et on ne peut rien y changer.

Envoi de deux valeurs codées sur un octet

Un appui court envoie sur le bus une valeur déterminée dans ETS comprise entre 0 et 255. Un appui long envoie, par le même objet de communication, une autre valeur. Cette valeur peut représenter un scénario, un pourcentage (variation, lamelles, etc.) ou autre chose.

La LED est toujours en statut OFF et on ne peut rien y changer... ca devient une (mauvaise) habitude !

Envoi de deux commandes consécutives

Cette fonctionnalité est probablement une des plus intéressantes du module. Legrand n'est pas le premier à l'implémenter, mais il s'agit d'une fonctionnalité qu'on ne rencontrait pas il y a encore quelques années sur les modules de bouton-poussoirs. C'est donc avec plaisir qu'on la retrouve ici.

Le principe est qu'un appui court ou long sur une des touches envoie non pas une commande, mais deux, en utilisant deux objets de communication. L'intérêt est de pouvoir commander deux équipements différents de différentes manières, sans utiliser de scénarios. Par exemple: éteindre une lampe et en allumer une autre, éteindre l'éclairage d'une pièce (envoi d'un "zéro" binaire) et baisser le volet de cette pièce (envoi d'un "un" binaire), allumer une lampe et désactiver un détecteur de mouvement, passer le chauffage en mode confort et lever le volet sur appui court et passer le chauffage en mode réduit et baisser le volet sur appui long, etc.

On dispose donc de deux commandes distinctes, à choisir parmi:

  • Commutation: on, off, inversion ou sans action selon qu'on fasse un appui court ou long
  • Commandes de volets et de lamelles: avec choix de fonction (montée, descente, sur l'appui court, l'appui long et le relâchement de l'appui long
  • Lancement de scénario: sur appui court uniquement
  • Envoi d'une valeur codée sur un octet: sur appui court ou appui long
  • Envoi de deux valeurs distinctes codées chacune sur un octet: l'une sur appui court et l'autre sur appui long

Le seul regret concerne le statut on/off de la LED qui n'est gérable qu'en mode commutation. On reçoit dans ce cas un objet supplémentaire "statut de commutation".

NB. Petit truc si vous désirez piloter la LED alors que votre bouton sert strictement à piloter un volet, lancer un scénario ou envoyer un ou deux octets sur le bus: il vous suffit d'utiliser la fonction d'envoi de deux commandes consécutives, de configurer la première commande comme étant une commutation et la deuxième comme étant celle que vous désirez. Même si vous n'utilisez pas la commande de commutation vous disposez d'un objet de retour de statut qui permet de piloter la LED. Merci OSMOTIQ !

Envoi d'une commande selon le Mode 1 ou 2

Cette fonctionnalité est certainement la plus originale du module: deux objets de communication sont à notre disposition mais selon que le Mode 1 ou le Mode 2 est actif, seul le 1er ou le 2e sera réellement envoyé sur le bus. Dans certains cas, cela permet de se passer de module logique ou de module scénario.

On voit de nombreuses possibilités s'ouvrir à nous.

  • La première, donnée en exemple par Legrand, permet d'allumer une partie ou l'entièreté d'une pièce séparée par une cloison amovible, on en a déjà parlé.
  • Une autre utilisation, serait de faire correspondre le Mode 1 avec le jour et le Mode 2 avec la nuit. L'appui sur la même touche allumerait un éclairage avec une intensité différente selon le jour ou la nuit, afin par exemple, de ne pas perturber les autres habitants.
  • Encore une fois avec une distinction jour/nuit, on pourrait imaginer que la VMC tourne à un régime différent afin de ne pas réveiller les autres habitants.
  • Si les modes 1 et 2 dépendent de la saison, on pourrait déclencher l'arrosage de parties différentes d'une même serre
  • Autre exemple, le mode 1 est actif si la fenêtre est fermée, le mode 2 est actif si la fenêtre est ouverte. Le bouton permet de monter/descendre une persienne intérieure mais uniquement en mode 1 (fenêtre fermée). Pour éviter d'abîmer la persienne, le bouton est sans effet en mode 2. En mode 2, les LEDs sont mises en rouge clignotant pour bien signifier que la commande de la persienne est désactivée.
  • etc.

Les types de commandes disponibles sont les suivantes (un seul type de commande est sélectionnable et impacte à la fois le Mode 1 et le Mode 2):

  • Commutation: on, off, inversion ou sans action selon qu'on fasse un appui court ou long
  • Commandes de volets et de lamelles: avec choix de fonction (montée, descente, sur l'appui court, l'appui long et le relâchement de l'appui long
  • Commandes de variation de luminosité
  • Lancement de scénario: sur appui court uniquement
  • Envoi d'une valeur codée sur un octet: sur appui court ou appui long
  • Envoi de deux valeurs distinctes codées chacune sur un octet: l'une sur appui court et l'autre sur appui long

Comme toujours, seul le mode "Commutation" permet de gérer le statut on/off de la LED.

Conclusions

Legrand nous propose ici un module fort complet, au design réussi et au prix attractif. Legrand a misé énormément sur ses LEDs RGB et offre de nombreuses options de configuration de celles-ci. La seule qui manque étant la possibilité de pouvoir piloter le statut on/off quelle que soit la fonction attribuée à la touche. Pour le reste, les fonctionnalités sont dans l'ensemble classiques mais suffisamment nombreuses que pour rencontrer l'essentiel de vos besoins. Pour OSMOTIQ, c'est globalement une réussite.

OSMOTIQ a aimé

  • Le design
  • Le nombre de fonctionnalités fournies
  • Les LEDs RGB et les nombreuses options combinables les concernant
  • Le prix doux et compétitif

OSMOTIQ n'a pas aimé

  • L'impossibilité de gérer les statuts on/off des LEDs en dehors du mode "Commutation" (et de la petite astuce donnée dans cet article)

 

 

Si vous l'ignoriez encore, OSMOTIQ est un intégrateur KNX professionnel. Comme vous pouvez le constater avec cet article, nous sommes à la pointe des dernières nouveautés en matière de domotique et de KNX et chaque nouveau produit est testé et examiné avec soin avant d'être proposés dans un projet.

N'hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressés par nos services ou pour toute question. Nous sommes à votre disposition.